Articles

Maroc : d’Imazighen à Berbères

Lors de notre séjour dans le Sud de la France, nous avons profité de la proximité avec l’Afrique du Nord pour visiter le Maroc. Une destination qui nous était totalement inconnue et dont tout était à découvrir.

Nous sommes arrivés à Marrakech sous le ciel bleu africain. Un ressenti nouveau qui donne l’impression d’être plus proche de l’astre solaire qui vient rapidement réchauffer notre peau. Nous avons réservé une chambre dans un Riad, logement typique marocain, au cœur de la Médina, centre historique de la ville.


Crédit photo : Glen Christie

Marrakech est une ville en constante agitation, de jour comme de nuit. Animée par les Zouks, marchés locaux, la place principale Jemaa el-Fna réunit les habitants autour de la nourriture, du commerce et des spectacles de rue. Nous découvrons la richesse de la culture marocaine, depuis sa nourriture jusqu’à son architecture, en passant par ses fabrications artisanales.

Crédit photo : Glen Christie

Pour aller plus loin dans la découverte de ce pays, nous nous dirigeons vers les montagnes de l’Atlas avec un guide local. Passé les paysages arides et désertiques, nous entamons notre périple dans les montagnes par une vallée verdoyante qui permet de nourrir le bétail. La rivière qui coule des hauts sommets permet de donner vie à une herbe abondante. Au milieu, se cache un village, ouvert au tourisme depuis peu, Imlil. C’est le village natal de notre guide, ce qui lui permet de nous livrer des informations précises sur l’histoire de cette région et du Maroc plus généralement.

A l’origine, les montagnes de l’Atlas étaient habitées par les Imazighen. Lorsque les Romains ont conquis l’Afrique du Nord au 2ème siècle avant J.C., ils ont décidé de nommer toutes les populations qu’ils rencontraient et ne parlaient pas la même langue qu’eux : les Barbares. De ce terme, a découlé le nom de Berbères, qui est peu apprécié par les populations locales, dû à sa connotation négative. Face aux nombreuses invasions, des Romains puis par la suite, des Arabes, les Imazighen se sont réfugiés dans les montagnes. Le nom Imazighen signifie “homme libre”. Un statut qu’ils essayeront de conserver en construisant des villages tout droit sorti de terre, qui se confondent parfaitement avec l’environnement, et en conservant une seule volonté : celle de vivre en paix.

Crédit photo : Glen Christie

Nous quittons le village d’Imlil en partageant un met local avec notre guide : le tajine. Des légumes et du poulet, traditionnellement cuits au feu de bois dans un plat en terre cuite du même nom : le tajine. Un héritage gastronomique qui rassemble les personnes autour de grande tablée. Un maître mot : le partage. Nous retournons à Marrakech le soir même afin de partir vers la côte Ouest, où nous terminerons notre voyage.

3h de route nous sépare d’Essaouira, une des villes côtières les plus connues. Nous découvrons une nouvelle facette de ce pays : le bord de mer.

Crédit photo : Glen Christie

Le vent marin souffle inlassablement au plus grand plaisir des mouettes qui dansent dans ses sillages. Par centaines, elles attendent plus ou moins patiemment les restes de la pêches du jour. Essaouira est une ville portuaire importante, entourée d’une forteresse, héritage de l’occupation portugaise au 16ème siècle. Aujourd’hui, c’est une destination très appréciée des touristes et notamment des personnes qui souhaitent profiter de son doux climat pour leur retraite. Une ville où les nationalités se mélangent, apportant une ouverture vers le monde. Nous prenons plaisir à nous prélasser au soleil, écoutant les musiciens sur la place Moulay el Hassan et observant les passants.

Crédit photo : Glen Christie

De l’agitation de Marrakech et de l’émulsion d’Essaouira vers le silence enrichissant d’Imlil, nous avons mis de côté nos repères et nos habitudes pour nous immerger dans un monde nouveau. C’est cela aussi le voyage, sortir de sa zone de confort pour aller à la rencontre de différentes manières de vivre et de penser.

Crédit photo : Glen Christie

Je vous invite à explorer des régions du monde qui vous sont encore inconnues, avec le regard d’un enfant curieux de tout.

Kelly Anaeh et le photographe, Glen Christie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *