Vietnam 1/3 : D’Hanoï à Ho Chi Minh – Hanoï et la Baie d’Halong

Motivés par l’envie de visiter un pays d’Asie du Sud Est, entre notre voyage au Canada et celui en Turquie, nous nous sommes arrêtés durant deux semaines au Vietnam.

Depuis Vancouver et après une escale à Taipei, notre avion atterrit à Hanoï. Nous passons de 14°C avec un climat tempéré, à 25°C dans un climat humide, notre corps est tout de suite dans le bain. Hanoï est une ville qui conserve son identité traditionnelle et près de 1000 ans d’histoire. Les rues sont agitées et la circulation, un nouvel apprentissage. Ici, la priorité n’est pas au piéton, mais à celui qui passe en premier. Donc nous nous trouvons régulièrement, en plein milieu d’un carrefour, entourés de voiture, en continuant d’avancer, ayant la foi que les automobilistes s’arrêteront. Étonnement, cela fonctionne! Il y a très peu d’accidents. C’est une sorte de chaos organisé. Le seul risque est l’hésitation, si vous semblez déterminés à traverser, vous le ferez sans encombres.

Photo © Trafic, Hanoi / GC

Une fois cette règle d’or observée, nous pouvons apprécier davantage cette ville. Nous repérons un parcours, grâce à des recherches sur internet et nous lançons pour une journée de découverte. Nous commençons au Sud Ouest de la ville, par retrouver les traces d’un ancien chemin de fer, construit lors de l’occupation française. Le Vietnam a été une colonie française de 1887 à 1954. Le pays en garde des traces au sein de ses infrastructures et des influences européennes, plus présentes au Sud.

Photo © Train Road, Hanoi / GC

Nous remontons le temps, sur ce chemin de fer, piéton et accessible, pour aller vers le Nord Est de la ville, et le pont Long Biên. Ce dernier est également un héritage de la période coloniale, bombardé durant la guerre du Vietnam, puis reconstruit. Il est un pont majeur pour traverser le fleuve rouge, à la fois en voiture, en scooter, en train, et à pied.

Photo © Long Biên Bridge, Hanoi / GC

Nous l’empruntons pour atteindre une île, dédiée à l’agriculture, et notamment aux plantations de bananes, au milieu du fleuve rouge. Un havre de paix, qui nous apporte un peu de silence et de nature. Nous en profitons pour prendre un thé dans une ferme-café, accueillant les touristes de passage. Nous finissons notre journée dans cet endroit avant de rejoindre la ville.

Photo © Banana Island, Hanoi / KA

Prendre le pont Long Biên, permet également d’avoir une vue sur Hanoi, hors du tumulte du centre ville. Comme partout dans le monde, nous sommes observateurs des tonnes de déchets que nous générons et de leur mauvaise gestion. En périphérie, les habitants partagent leur quotidien avec des amonts de déchets, qui se propagent dans les terres et les fleuves. Nous ne pouvons qu’être concernés par cette problématique et aimerions que des solutions pérennes se mettent en place pour préserver notre planète et la santé des populations.

Photo © Urban periphery, Hanoi / GC

Nous retrouvons l’ébullition de la ville, décorée de magasins et restaurants. La nourriture locale est bien connue, et nous ne manquons pas d’y goûter. Entre les nems, la soupe vietnamienne Pho, les rouleaux de printemps et autres plats à base de riz, d’omelette ou de nouilles, il y en a pour tous les goûts!

Photo © Street food, Vietnam / GC

Nous séjournerons quelques nuits, près du lac Hoan Kiem, l’âme d’Hanoï, où trônent le temple Ngoc Son et la tour de la Tortue. Dans ce lac, aurait vécu une tortue géante veille de 500 ans. La légende raconte que l’esprit Tortue aurait donné une épée au roi Lê Thái Tổ au 15ème après JC, pour l’aider à vaincre l’invasion chinoise.

Photo © Hoan Kiem Lake, Hanoi / GC

Environ 100 ans avant notre ère, le Vietnam était sous le règne de la Chine, durant près de 1000 ans. Une première lutte pour l’indépendance du Vietnam se met en place, et ne cessera d’être présente dans la culture vietnamienne. On retrouve cette volonté d’indépendance lors de l’occupation française, puis lors de la guerre du Vietnam contre les américains. Ce pays possède une forte identité nationale dont on peut être témoins en visitant le musée de l’histoire Bảo tàng Lịch sử Việt Nam, ou la Prison Hỏa Lò, aujourd’hui transformée en musée.

Photo © Hoa Lo Prison, Hanoi / KA

Hanoï nous permet de nous familiariser avec l’histoire et la culture vietnamienne. Nous quittons cette ville, intense en énergie, pour retrouver un lieu plus calme, la baie d’Halong. Nous nous sommes faits plaisir, en nous offrant une croisière de deux jours dans une des sept nouvelles merveilles de la nature.

Photo © Halong Bay / GC

Ha Long signifie « Le dragon descendant », symbolisant la légende selon laquelle le peuple vietnamien serait issu de l’union d’un dragon et d’une fée. Nous découvrons cet endroit mythique à bord d’un bateau de croisière, qui chemine lentement au milieu d’un paysage mystique.

Photo © Cruise Halong Bay / KA

Sortant tels des pics de l’eau, les ilots constitués de roche calcaire, ont été sculptés par la mer au fil des années. Nous nous arrêtons sur l’île principale et une des rares habitées, Cat Ba. En pleine jungle tropicale, nous entendons au loin le cri des singes dans les arbres, lorsque des papillons viennent nous accueillir. Nous montons des escaliers pour visiter la grotte de Trung Trang. En hauteur et d’une longueur de près de 300 mètres, cette grotte était un abris idéal pour les premiers hommes occupant l’île, et le reste pour une colonie de chauve-souris.

Photo © Trung Trang Cave / GC

Après une dernière aventure en kayak, vers la grotte d’ombre et de lumière, nous rejoignons notre bateau de croisière pour naviguer vers le continent.

Photo © Dark and Bright Cave / GC

La Baie d’Halong est un joyau, fragile. Nous avons, avec regrets, constaté les multiples déchets, qui viennent se perdre en mer. Ils proviennent du tourisme de masse, mais également des activités sur terre. Nous ne pouvons que vouloir renforcer la protection de ces paradis terrestres, dont l’activité touristique intensive finit par être néfaste. Des premières initiatives ont été mises en place par le gouvernement, telles que payer des habitants de l’île de Cat Ba pour collecter ces déchets en mer. Mais nous pouvons aussi, nous mobiliser et respecter la beauté de la nature.

Photo © Halong Bay / GC

Nous quittons la baie d’Halong, pour un trajet de nuit en bus, vers notre coup de cœur💖de ce voyage : le parc National de Phong Nha.

Pour lire la suite, je vous invite à cliquer sur l’article suivant «  Vietnam 2/3 : D’Hanoï à Ho Chi Minh – Le Parc National de Phong Nha. » Merci et à tout de suite!

Kelly Anaeh et le photographe, Glen Christie

Photo mise en avant : © Halong Bay / GC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *