Vietnam 3/3 : D’Hanoï à Ho Chi Minh – Hué, Hoi An et Ho Chi Minh

A 4h de route de Son Trach, nous prenons une navette pour rejoindre la ville d’Hué. Les navettes partent régulièrement chaque matin, il suffit de se renseigner auprès de son hôtel ou un des hôtels de la ville, qui fera la réservation pour vous. La conduite est toujours chaotique, mais la climatisation fonctionne bien. Nous arrivons donc à Hué, vers le milieu de journée.

De 1802 à 1945, Hué a été la capitale impériale du Vietnam. De cette période, la ville conserve des monuments historiques, qui nous font voyager dans le temps. Nous n’avons que quelques heures devant nous le temps de visiter la cité impériale, inscrite au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Durant près d’un siècle, Hué, sous la dynastie des Nguyen symbolise la paix entre le Sud et le Nord, jusqu’au début de l’époque coloniale française.

Photo © Imperial city, Hue / GC

Nous quittons Hué sous près de 45°C, qui chaque après-midis, se transforment en des pluies torrentielles. Heureusement, nous sommes déjà dans notre navette en direction d’Hoi An.

Nous parcourons 3h de route, traversant la ville de Danang. Réputée pour être une ville balnéaire, prisée par les touristes russes, nous ne regrettons pas de continuer notre route, sans prendre le temps d’y séjourner. Nous arrivons à Hoi An, en début de soirée, merveilleusement bien accueillis par notre hôte Airbnb, Mrs Tri, et sa magnifique maison rose fushia.

Comme les locaux, nous évitons de sortir durant les heures les plus chaudes de la journée, où 45°C est la norme. La vie reprend son cours en fin d’après-midi, lorsque le marché de la vieille ville s’éveille. La zone est piétonne et les rues s’illuminent à mesure que le soleil s’éclipse. Une promenade très agréable, idéale pour faire de bonnes affaires et ses cadeaux de voyage, ainsi que pour profiter de la culture vietnamienne et du charme d’Hoi An. Pour nous déplacer, nous optons pour le vélo, ce qui nous offre par la même occasion, une plaisante brise.

Photo © Night Market, Hoi An / KA

Hoi An est idéalement située, non loin de la plage et du sanctuaire de My son. Pour explorer les alentours, nous louons un scooter à la journée. Nous prenons les routes de campagnes, appréciant ainsi, les paysages et la rivière Thu Bon. Il nous faut une petite heure de route pour arriver jusqu’au Sanctuaire de My Son. Nous y découvrons un ensemble de temples, d’orientation hindouiste, faisant de My Son, la capitale religieuse et politique du royaume de Champa, du 4ème au 13ème siècle de notre ère.

Des édifices y ont survécu, tant bien que mal, aux différentes invasions et guerres. Nous pouvons observer les trous d’obus, témoins de la guerre du Vietnam contre les américains. Aujourd’hui, c’est un site protégé et en restauration, qui mérite de s’y déplacer, pour observer l’histoire et l’architecture de la civilisation Champa.

Photo © My Son Sanctuary / GC

Les bagages pleins de souvenirs, du marché nocturne d’Hoi An, nous prenons l’avion pour Ho Chi Minh, la destination finale de notre voyage au Vietnam.

Parmi nos solutions pour pouvoir voyager sur le long terme, nous pratiquons le house sitting. Il s’agit de garder la maison et les animaux de compagnie de propriétaires, qui souhaitent partir en vacances, en étant sereins et en laissant leurs animaux entre de bonnes mains, chez eux. C’est un concept qui fonctionne très bien et nous permet de découvrir plus en profondeur un pays et sa culture tout en appréciant la compagnie de charmants animaux. C’est ainsi que nous avons trouvé le temps d’un weekend un house sitting à Ho chi Minh. Nous avons séjourné dans le deuxième arrondissement, puis avons passé une journée à explorer la ville.

Photo © House sitting, Ho Chi Minh / GC

Très contrastée des autres villes du Vietnam, Ho Chi Minh, autrefois appelée Saigon, nous révèle une image européenne du pays. L’influence française y est très présente, notamment dans le quartier de Ben Thanh, connu pour son marché. Nous commençons donc notre journée au marché de Ben Thanh, nous dirigeons vers l’opéra, la poste centrale et la cathédrale Notre Dame, qui nous rappelle des souvenirs de Paris.

Photo © Notre Dame Cathedrale, Ho Chi Minh / KA

A proximité du palais de la réunification, nous terminons notre visite avec le musée des vestiges de la guerre. Un musée, qui retrace la souffrance du Vietnam durant la guerre d’indépendance d’Indochine et surtout la guerre du Vietnam, et l’utilisation catastrophique de l’Agent orange. Un produit chimique répandu par avion, qui a ravagé les populations, les sols et continue de détruire la vie des vietnamiens, par maladie congénitale. Un musée, qui met l’accent sur les dégâts d’une guerre chimique, qui ne se termine pas avec la signature d’un traité de paix, mais qui se transmet de générations en générations.

Photo © War Museum, Ho Chi Minh / KA

Le musée des vestiges de la guerre peut être marquant voire choquant, par l’exposition de photos, montrant la réalité des choses. Nous y avons vu certains parents avec leurs enfants, ce n’est pourtant pas un musée que nous conseillons pour une sortie familiale. Tout comme la prison d’Hao Lo d’Hanoi, ces lieux permettent de respecter la mémoire et l’histoire du Vietnam, mais peuvent être perturbants pour la sensibilité des plus jeunes.

A travers notre voyage de 14 jours au Vietnam, nous retiendrons l’image d’un peuple fière de sa culture et combatif pour son indépendance. Des personnes amicales, ouvertes aux voyageurs et toujours prêtes à rendre service. Des roches calcaires sorties droit du sol, une jungle abondante, une campagne riche, et de l’eau à foison qui offre des paysages variés et mystiques.

Photo © Cua Dai Beach, Hoi An / GC

Kelly Anaeh et le photographe, Glen Christie

Photo mise en avant : © My Son Sanctuary / GC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *